steeulalie

Témoignages d'habitants, j'ai testé pour vous

Appréciez le regard de Claude et Chritiane sur notre territoire

" Et voilà, tout doucement mais fermement, l’automne s’installe malgré quelques réticences d’une arrière-saison plutôt agréable et pour couper court à toute résistance, le passage à l’heure d’hiver nous rappelle à la réalité, les jours diminuent, la lumière change, dans un dernier sursaut d’orgueil la nature nous enchante et parade comme pour un défilé de mode avec son feu d’artifice de couleurs automnales.

Mais pour le moment les journées sont encore douces, alors profitons des magnifiques paysages qui s’offrent à nous et sachons les apprécier, pas de temps à perdre : les godillots, le bâton, le chapeau, dans le sac à dos, la gourde, une petite laine, une pomme et quelques noix, les jumelles ...oups j’ai failli oublier mon Nikon.

Mais au fait où va-t-on ???

Très bonne question, en fait on a l’embarras du choix, ce joyau naturel qu’est notre territoire abonde de lieux insolites qu’il faut absolument découvrir.

Commençons par Le Larzac, cet immense plateau calcaire battu par les vents, hérissé de chaos ruiniformes qui au gré de la lumière ressemblent à de fantomatiques cités oubliées d’où surgissent les nuits de pleine lune des colonies de malicieux farfadets. Ne vous fiez pas à son aspect aride et inhospitalier, de nombreuses et abondantes résurgences jaillissent de ses flans, tels le Durzon, la Sorgues, le Cernon, le Boudoulaou, l’Esperelle...et nous rappellent que grâce à ce sol perméable, des lacs et des rivières coulent dans ses entrailles et rendent verdoyantes les vallées qui le ceinturent .

Malgré une sécheresse inhabituelle confirmée par le niveau des lavognes, le baromètre des pastres, notre emblématique Cardabelle ne manque pas son rendez-vous, elle est bien là, vissée au sol, un brin provocatrice : froid moi ? même pas peur, je sais comment me protéger ! (Par contre notre pas moins endémique oreillette se fait cette année très discrète au grand dam des connaisseurs...)

Au détour d’un sotch ou doline, un troupeau de fèdes broute méthodiquement cette herbe sèche et rase semblable à une steppe qui permettra à l’élaboration du roi des fromages, le Roquefort . Non loin de là une buissière guidera les brebis jusqu’à la jasse avant l’arrivée de la nuit.

Prenez le temps de passer à Potensac, St Martin du Larzac et son minuscule cimetière collé à la chapelle, le hameau troglodyte des Baumes, Brunas et sa lavogne, Montredon, la célébrissime bergerie de La Blaquière datant de la tumultueuse époque de « Gardarem Lou Larzac »...Vider tous les caches

Les plus vaillants n’hésiteront pas à visiter les 5 sites Templiers et Hospitaliers, patrimoine historique de notre plateau, St Eulalie, La Cavalerie, La Couvertoirade,St Jean d’Alcas, et Le Viala du pas de Jaux.

Savez-vous que c’est entre La Cavalerie et L’Hospitalet sur le site gallo-romain de la Vayssière qu’a été découvert dans une sépulture datant du 1er siècle après JC, sur une feuille de plomb, le plus long texte écrit en langue gauloise ?...

Pour ceux qui aiment les villages et hameaux pittoresques, la Vallée de la Dourbie les enchantera, St Jean du Bruel avec sa noria de l’eau, Nant et ses halles du 17ème, la petite chapelle et non loin de là le pont de la Prade, le tout sous l’œil du Roc Nantais. Faites un détour à Cantobre, un des plus beaux villages de France à voir absolument.

Allez, encore un petit effort, montez donc jusqu’au hameau de St Véran allez-y à pied ou bien à vélo, car la route est sinueuse et dangereuse, ça vaut largement le détour vous découvrirez ces quelques maisons de pierre aux toits de lauze séparées par des calades pentues ou des escaliers hors d’âge. Tout en haut, les ruines du château font corps avec un chaos rocheux. La vue sur la rivière est imprenable.

Maintenant, levez les yeux et admirez ce ballet aérien offert par les vautours fauves. Depuis leur réintroduction, presque 400 couples vivent dans la région des gorges ( Dourbie, Tarn et Jonte...) ne craignez rien, ils ne sont pas là pour vous becqueter, non non, en fait ils admirent le magnifique paysage qui défile sous leurs ailes...si si c’est vrai.

Avant de rentrer, une halte s’impose au Moulin de Corp avec son pont en dos d’âne du xv éme qui enjambe la Dourbie.

Et voilà une infime aperçu de notre région, vous avez des clichés plein les yeux et autant dans le boitier de votre appareil photo ; vous reviendrez, c’est sûr, vous n’avez pas eu le temps de faire tous les bons restos du coin, les petits mercadous où vous pouvez déguster, acheter et emporter un peu de notre terroir, revenez donc nous voir nous vous expliquerons tout ça autour du verre de l’amitié.

C’est pour cela que tous les ans se déroulent dans notre belle région d’importantes courses de trail, connues dans le monde entier, tous les coureurs, Templiers ou Hospitaliers, n’ont qu’une envie, revenir, car ils sont fascinés par la beauté sauvage des circuits, et séduits par l’accueil, l’organisation et l’hospitalité Aveyronnaise qui n’est pas une légende."

Claude et Christiane

Claude et Christiane

L’histoire de la Dourbie…..

Dans la montagne d’Aulas, plusieurs filets d’eau coulant sur la mousse se rejoignent pour former la Dourbie, à 1200 mètres d’altitude, à côté du massif de l’Aigoual.
Tout près, il y a la source de l’Hérault qui dévale côté Méditerranée, alors que la Dourbie se dirige vers l’Océan Atlantique d’abord à travers le granite et le schiste des Cévennes.
A St-Jean du Bruel , la Dourbie reprend son souffle et on constate aujourd’hui que de Saint-Jean à Nant, le lit de la rivière est plus bas de 5 à 10 mètres que la plaine fertile.
A la sortie de Nant, la Dourbie a creusé son lit dans des calcaires de l’ère secondaire, séparant ainsi le Causse Noir du Causse du Larzac.
Après avoir parcouru 70 kilomètres elle se jette à Millau dans le Tarn, et le Tarn dans la Garonne à Moissac. Les pêcheurs viennent y taquiner les superbes truites fario.

Au village de Dourbies, (Gard), on observe un phénomène naturel, les marmites creusées dans le granite. Quand il y a de belles eaux des amateurs de sensations fortes viennent faire du canyoning, plus près de Millau, on descend la Dourbie en canoë.
Les archives nous indiquent des moulins à forge aux Laupies, des martinets à cuivre sur la Dourbie et son affluent important le Durzon, des moulins bladiers jusqu’à Millau.

D’un aspect tranquille en été, la Dourbie connaît cependant des crues importantes, parfois dévastatrices, lors des épisodes cévenols.
Les Causses et les Cévennes se marient dans les gorges de la Dourbie.

Alain

Alain

A la recherche de l'orchidée abeille....

Un jeu de piste grandeur nature, ça vous tente ? Partez à la chasse d’un trésor rare : l’orchidée abeille… Petit indice, elle aurait été aperçue du côté du Viala du Pas de Jaux près d’une croix. Plus une minute à perdre, comme Davy Crockett,  attrapez votre sac à dos, lacez vos chaussures d’aventurier et direction le Larzac. 
L’exploration commence sur le sentier de la « croix du Gréponac ». De pas en pas, les causses prennent l’allure d’une moquette arc-en ciel fleurie de pâquerettes, iris, anémones pulsatiles, bouquets de thym… l’orchidée tant recherchée ne doit pas être loin ! Ouvrez l’œil et prenez un instant pour admirer ces merveilles et les insectes butinant les fleurs. Tiens, une abeille ? Ah mais non, ce n'en est pas une, c’est ELLE : « l’orphris apifera » juste au bord du chemin ! Il n'y a rien d'autre à gagner que le plaisir de faire sa découverte !  
Cette quête ludique et excitante prend toute sa dimension devant un panorama grandiose sur le cirque de Tournemire au belvédère de la croix du Gréponac.
De retour au Viala du Pas de Jaux, pourquoi ne pas échanger votre habit d’aventurier contre celui de chevalier Hospitalier ? Grimpez les étages de latour médiévale qui vous révèle bien de nouvelles surprises, peut-être y aura-t’il une princesse endormie … mais ça c’est une autre histoire à raconter

Elodie

Elodie

Le Larzac à voir autrement

Dépassez les vastes étendues du Larzac ! Votre première impression depuis le plateau sera la stupéfaction face à cette magie de couleurs et de paysages. Comme Alice au pays des merveilles devant l'immensité, vous serez happés par ces panoramas magnifiques mêlant plateau aride et vallées verdoyantes, admiratifs devant cette image grandeur nature. 

Les gorges de la Dourbie, en Sud Aveyron, offrent un ressourcement au fil de l'eau et des paysages à vous couper le souffle.
STOP !!! Arrêtez-vous à Nant et Saint-Jean du Bruel ! Imprégnez-vous de cet art de vivre traditionnel qui fait le charme de cette vallée de la Dourbie. un jour de marché, c'est l'ambiance assurée. Un petit creux ?

 

Faites chanter vos papilles chez les restaurateurs du coin. Assiette de charcuterie, gigot d’agneau ou selon les saisons, truite fario finement cuisinée, fromage de brebis… Pour les plus épicuriens, laissez-vous tenter par une part de flaune. Mais oui, cette délicieuse pâtisserie à base de lait de brebis !

Continuez votre découverte par une agréable balade digestive à pied au départ de Nant vers le Roc Nantais. Quelle bonheur d’arriver en haut de cet éperon rocheux, une vue exceptionnelle sur les Gorges de la Dourbie s’ouvre devant vous : plateau, falaise, vallée... IMPRESSIONNANT !
Laissez-vous tenter par un petit selfie en souvenir de votre escapade!!

A très vite !

Kristel

Kristel